Suite a une petite semaine de vacances (enfin, je me comprends) au festival d’Annecy, nous voici tout decale pour parler de nos cheres series ! Mistresses est une insulte au bon gout, une claque en plein estomac, le remede ideal a toute envie de gerber. Et pourtant, pourtant !, le show fut un enorme succes aux Etats Unis et dans de nombreux autres pays. Sans doute la pire serie diffusee depuis cinq ans, the Secret Life of the American Teenager ne peut meme pas etre un plaisir coupable tant elle vehicule des idees depassees et limite dangereuses.
Belle hausse de qualite pour cette deuxieme saison de Men at Work, sitcom qui reste malgre tout tres masculine mais qui saura (enfin !) ravir ceux qui etait fan de Steven Hyde. Sur la deuxieme partie, Eric Kripke semble avoir repris les manettes et pouvoir imposer sa patte. Allez, rendez vous la semaine prochaine pour faire le point sur DEUX semaines de nouveautes et de departs !
Tags: ABC, ABC Family, Alyssa Milano, Brenda Hampton, Da Vinci's Demons, Danny Masterson, David S. Pour cette avant derniere semaine de la saison (toujours selon mes calculs), vous vous en doutez on va surtout parler de depart. Il est trop difficile de donner une note a The Newsroom tant les points positifs et negatifs se succedent. Pretty Little Liars ou comment tirer les fils d’une intrigue a slasher depuis deja trois saisons. Oui, on peut tout a fait se passer de Pretty Litlle Liars, dont les actrices arrivent parfois a etre encore moins convaincantes que les decors ou la realisation, mais on peut aussi tout a fait s’amuser avec tant les scenaristes poussent leurs delires dans les pires retranchements.
Bonne surprise de l’annee derniere, Necessary Roughness propose ce qui est sans doute la deuxieme saison la plus decevante jamais concue !
Gros gros gros FAIL pour cette deuxieme saison de Necessary Roughness qui n’a repris de la premiere annee que les mauvais cotes et delaisser tout ce qui etait interessant. Allez, rendez-vous la semaine prochaine pour la cinquante-deuxieme mais pas la derniere semaine de la saison !!! En nous laissant a la porte, en ne nous emmenant pas avec ses personnages, Veep manque totalement le coche malgre de nombreuses qualites. Dernier depart de la semaine, le dessin anime qui va reveiller l’enfant qui est en vous (enfin si vous etes ne au debut des annees 80), la version 2011 des Thundercats (ou les Cosmocats chez nous).
C’est franchement une belle reussite que nous propose Cartoon Network avec ce reboot des Thundercats.
Chez Disney XD, la version plus agee de Disney Channel, on nous propose une sympathique petite nouveaute avec Gravity Falls, dessin anime ultra dynamique sur deux gamins envoyes chez leur oncle etrange par leurs parents.
Septieme fournee de reviews avec le retour des producteurs de Prison Break, une nouvelle vision arthurienne, un ado avec un gros sexe, des ados qui ne pensent qu’au sexe et une toute petite sitcom ! Et pourtant, malgre son generique sans doute le plus moche du monde, Breakout Kings se revele etre une sympathique surprise.
Du cote de la realisation et de la production design, on sent bien que le show, comme The Tudors ou Spartacus, manque cruellement de moyen par rapport a ses ambitions. Pour ceux qui ne seraient pas au courant, le concept est relativement simple : RJ est un geek, principal victime du beau gosse et sportif du lycee.
Sur cette base se greffe des histoires d’ados relativement classiques avec une nette tendance a tourner autour du sexe. L’autre bonne idee, ce sont les petits encarts en animation, commandes a des studios qui ont tous une marque tres differentes. Cette deuxieme saison revele quelques belles surprises, dont une nouvelle copine pour RJ, et conserve, voir amplifie, le ton sacrement costaud pour une serie pour ado. The Hard Times of RJ Berger reste encore cette annee l’une des meilleures sitcoms du moment. Veritable catastrophe ambulante, SLAT fait preuve d’un certain talent pour absolument tout foirer. Exemple type de tout ce qui peut faire hair les series americaines a quelqu’un, The Secret Life of American Teenager est une ambulance sur laquelle on ne va pas se mettre a tirer. Traffic Light n’etait pas un mauvais bougre, elle manquait juste trop de personnalite pour convaincre qui que ce soit. Puisqu'on ne lui confierait pas ses enfants, pourquoi la laisser ecrire des series pour ados ? Et avec Mistresses, adaptation US d’une serie anglaise qui connu un certain succes entre 2008 et 2010, on atteint le pire de ce qui peut se faire. La chaine ne cherche pas a choquer mais bien a faire evoluer les mentalites sur de nombreux sujets sensibles (enfin, surtout aux Etats Unis) et the Fosters s’inscrit une fois de plus dans cette continuite. Les personnages sont assez nuances pour etre interessants, la realisation est tout a fait honnete, et le twist final donne assez envie de voir la suite.
Les blagues sont beaucoup plus droles, les scenarios plus rocambolesques et inattendus, et du coup les personnages s’affirment vraiment. Les mechants sont immondes, retords et particulierement ambigues ; les gentils ont chacun leur faiblesse mais savent tous faire valoir la justice dans le moindre de leurs actes.


Il a bien lu tout ce qui s’est dit sur la serie sur le net et a decide de corriger tous les defauts. Bien ficele, il est enthousiasmant tout du long et donne une certaine idee de ce que pourrait etrela serie si elle arrivait a maintenir ce niveau de qualite en permanence. C’est donc cinq series qui tirent leurs reverences afin de laisser la place aux nouveaux programmes de la rentree.
Ainsi, les vampires de True Blood terminent (apparemment) en beaute avec une audience toujours en bonne forme. Vraie revolution mais pas la ou on l’attendait, la serie de Sorkin est a la fois novatrice et vieux jeu, ultra fine et catastrophiquement concrete, dynamique et totalement pantouflarde. Au pic de son delire paranoiaque, la serie sur ces quatre adolescentes persecutees par une mysterieuse A fait cette annee dans l’amnesie partielle. Rien n’a change au niveau du casting, qui etait deja impeccable, ni au niveau de la realisation assez plaisante. Le principal probleme, c’est que le show est rarement drole, un comble pour une sitcom ! Comedie satyrique sur le monde de la politique, filme selon les codes du cinema-verite, Veep conte les mesaventures de Selina Meyer, la vice presidente des Etats-Unis. On reste devant le show comme deux ronds de flanc, a ne pas comprendre ce qu’on nous a raconte.
Reste un show qui ne changera pas la face de la terre et qui s’assume en tant que sympathique petit divertissement. L’occasion trop belle de retrouver Lion-O (Starlion), Snarf, Tygra, Panthro, Cheetara (Felibelle) dans leur lutte contre le terrible Mumm-Ra, sorte de momie bien degueulasse qui a du en faire cauchemarder plus d’un ! Et peu importe que tout cela serve un plan mercantile pour vendre des jouets, la serie est faite avec un amour certain et une volonte affichee de ne pas decevoir le public.
Ils se retrouvent donc dans la fameuse ville de Gravity Falls ou le garcon ne tarde pas a decouvrir un vieux journal lui revelant que la region est envahie de creatures etranges, tandis que sa soeur cherche desesperement l’amour dans les bras de tous les garcons qui passent a ses cotes ! Et bien la reponse est un OUI franc et massif tant les deux episodes qui ont ete diffuses m’ont enchante. Une reprise fort sympathique qui creuse un peu plus les differences avec la grande soeur spirituelle qu’est The Vampire Diaries pour se concentrer sur un mode plus sombre, plus realiste (oui, meme avec des loup-garous !) et qui delaisse au maximum les intrigues romantiques. J’attendais Longmire pour le retour sur nos ecrans de Katee Sackhoff, inoubliable Starbuck de Battlestar Galactica, et certainement pas pour la serie de romans policiers dont le show est inspire. Apparemment, Tron : Uprising, cette version animee, qui vient de demarrer sa diffusion sur Disney XD (la version bad-ass de Disney Channel !) se deroule entre les deux films histoire de situer a peu pres temporellement le schmilblick. The Runaway date de 2011, est base sur un roman de Martina Cole et apparemment cette mini-serie de six episodes, qui conte une romance maudite entre deux petits londoniens dans les annees 60 et 70, serait une vraie bonne surprise. Je deteste, je chie dessus, ca me fait chier, je vois pas pourquoi on passerait du temps a regarder ca.
Ne cherchez pas, je ne donnerai jamais cette note a une serie encore en cours de diffusion. La force de la serie repose principalement sur son casting, qui propose des personnages aux capacites qui se repondent parfaitement.
Les intrigues sont soignees, mais ce sont surtout les personnages et la dynamique du groupe qui nous donne envie de les retrouver a chaque episode. Prenez une chaine (Starz) surtout connue pour avoir remis au gout du jour un personnage historique (Spartacus) et qui tente de faire de meme avec la legende arthurienne.
Du coup, exit la dimension religieuse de la legende arthurienne, et quasiment exit la magie et autre quete du Graal. Du coup, on ne peut pas dire que visuellement ce soit vraiment une claque mais on ne peut que feliciter les bonnes idees de la production pour arriver a mener a bout le projet.
Si vous n’etes pas refractaires aux ados en personnages principaux, jetez vous dessus pour une grande seance de rire. Mais comme on dit, ce sont les plus courtes qui sont les meilleures, et la on vient tout de meme de se taper 26 episodes pour la saison 3 ! Production design qui vous donnerait envie de vous tuer si vous deviez vivre dans de tels decors, histoires eculees et dialogues artificiels et largement trop explicites, acteurs capables de faire semblant de jouer trois emotions, musique abominable, rien, absolument rien, ne vient refaire remonter la pente. La seule idee de la serie, c’est de montrer les personnages en pleine audio-conference, coinces dans leurs voitures sur les routes de LA. Difficile en tous cas de prejuger de la qualite du reste de la serie tant ce pilote ne fait que mettre la situation de depart en place (mais il le fait de fort belle maniere) – Graceland sera-t-elle une catastrophe ou une reelle bonne surprise ? Que penser de cet ultime episode – qui fait preuve d’un bon sens economique en nous offrant plus que de 90% de reutilisations de plans deja vus dans la serie ? Quant a certains rebondissements, ils sont serieusement capilo-tractes et la serie est bien obligee de s’en jouer dans le dernier episode, dans une discussion assez foutraque entre Da Vinci et le turque qui semble connaitre deja son destin incroyable. Et vu comme le cliffhanger est sympathique, je vais lui laisser sa chance pour la saison deux. La tres mauvaise sitcom Retired at 35, et la non moins execrable Melissa and Joey concluent toutes les deux leurs secondes saisons. La vraie amelioration vient donc des scenarios, beaucoup plus fins et subtils, qui attaquent cette fois de maniere nettement plus intelligente les travers de la television americaine.


Personne ne vous en voudra si vous ne voulez pas regarder les dix episodes de la saison donc ! Alors que la premiere saison reposait sur un feuilletonnant de qualite et franchement prenant, cette deuxieme annee delaisse les problemes de fond pour nous infliger de penibles aventures amoureuses qui font en plus du climax de la saison le pire moment vu depuis fort longtemps. Pour vous la faire courte, la serie est dirigee par Armando Lanucci qui a deja produit le meme genre de programme en Angleterre, avec enormement de succes. On pourrait craindre que la serie ne tombe dans un absurde lassant, mais au terme de ses deux premiers episodes elle reussit a poser les bases d’un univers malgre tout coherent et irresistiblement drole. Bref, ca sent l’ado qui a les poils qui poussent et qui veut pisser partout pour marquer son territoire, et ca traite ce sujet de maniere plutot sympathique. Et pour tout avouer, je n’avais meme pas reconnu la semillante Erica Durance, la Lois Lane transfuge de Smallville. Qui sait, au vu du peu de programmes suffisamment interessants diffuse cet ete, il est possible que j’y jette un oeil et que je vous en parle un peu plus longuement une prochaine fois ! Une belle petite surprise – et l’occasion de retrouver quelques personnages (oui oui, personnages, pas acteurs !) de Prison Break, qui nous rappellent quand la serie etait encore interessante !
Le casting, quant a lui, peine a convaincre dans les premiers episodes mais s’avere nettement plus convaincant par la suite.
La force de la serie reside dans son ton particulierement cru et sa maniere tres frontale d’affronter tous les sujets. Croisons les doigts pour que MTV commande une troisieme saison qui devrait etre assez exceptionnelle vu le climax de la fin de cette annee ! Des passages plutot dynamiques et marrants… mais la serie ne peut pretendre a aucun autre point positif. Cette saison ne viendra pas surprendre les habitues, avec ses coups de theatre reguliers, ses nouveaux personnages tous plus angoissants les uns que les autres, et son ambiance si particuliere entre froufrou et serial killer.
Les situations sont vraiment tres droles, les rebondissements assez jouissifs, et on ne se rend meme pas compte qu’on a deja fini les neuf petits episodes proposes. Les personnages perdent en credibilite, notre heroine devient tete a claque et les pseudos mysteres sur le dirigeant du groupe tombent a l’eau faute de bonne idee. Convaincant dans le fond comme dans la forme (l’animation est tout a fait a la hauteur), ce reboot de la franchise ravira forcement les grands enfants, les ados, et tous ceux qui ont encore l’ame a crier THUNDER-OOO !!! Cette fois, le cadre et l’attitude tres western sont censes faire la difference, mais au final cela a revient a avoir un personnage de flic droit dans ses bottes aide par son ami indien et sa jeune flicette bagarreuse - et oui, c’est presque le trio de Walker Texas Ranger ! Si Joseph Fiennes en fait toujours trop en Merlin, force est de reconnaitre que Jamie Campbell Bower, le roi Arthur, qui faisait serieusement douter de ses capacites avec sa petite gueule d’ange, se montre exceptionnel quand son personnage prend tout la mesure de son mythe vers la fin de la saison. Pas vraiment drole, pas vraiment attachante, Traffic Light essaie de faire bien mais, tel un bon eleve trop applique, manque vraiment trop de personnalite pour convaincre.
Alors certes, ce n’est pas la plus grande sitcom de la decennie (ni de la saison, tout simplement), mais elle reste bougrement sympathique.
Du coup, pas mal de personnages prennent la porte de sortie, le feuilletonnant fait son retour en masse et la serie prend un tournant dark.
Enfin, The Secret Life of the American Teenager se fait une petite pause et on ne va pas s’en plaindre. La fin de la premiere saison est franchement mauvaise, le debut de la deuxieme peu convaincant.
Je ne comprends pas la serie, je ne comprends pas les personnages, je ne comprends pas si tout ceci est comique ou desesperant (la serie flirte en permanence entre un mode comedie et un mode serieux). Dommage, cependant, que le personnage de Leo (pourtant le plus reussi) passe quelque peu a la trappe, et que la realisation peine encore a se trouver une identite. Un choix plutot bien vu etant donne qu’on fait face, pour une fois, a un personnage de femme active et puissante comme on en a rarement vu. Enfin, la palme revient a Robert Taylor qui, dans le role titre, en fait carrement trop pour etre credible. Au niveau des voix, on retrouve tout de meme Elijah Wood, Mandy Moore, Emanuelle Chiriqui, le magistral Lance Henriksen (mais si, le protagoniste de la serie Millenium de Chris Carter) et l’excellente Tricia Helfer (forever number six), bref du beau monde qui se prend totalement au jeu. ABC Family nous propose de retrouver les ados de The Secret Life of the American Teenager pour une cinquieme saison (decidement), alors que la quatrieme s’est achevee… la semaine derniere !
Dommage, il y a la un enorme potentiel, et des comediens (Julia Louis-Freyfus en tete) absolument fabuleux. Les innocents finissent par terre, les utopistes trahissent leurs ideaux, les militaires sont debordes par le pouvoir. Discours courageux s’il en est, mais qui fait quelque peu basculer la serie dans le pur message politique et non dans la critique subversive annoncee au depart. Et la serie assene parfois des retournements de situation qui font passer ses personnages pour des cretins tant elle veut demontrer l’horreur de la guerre.



The power of subconscious mind documentary
Secret temptation deo lyrics




Comments to «Secret life spoilers guide»

  1. PARTIZAN writes:
    Settings and for the past sixteen others who are.
  2. NYUTON_A writes:
    I switched between sitting meditation within the every thing we will to be sure seaside, and.
  3. FORYOU writes:
    Council, and serves on the Board the.
  4. krasavchik writes:
    Mindfulness for Newbies holistic therapist Susie Mermaid runs boutique even seems that mindfulness can.